Archives for novembre 2011

La solitude de la personne âgée

La solitude de la personne âgée , l’isolement peuvent provoquer des problèmes de santé importants.

C’est une préoccupation actuelle car de plus en plus de personnes sont seules à leur domicile ignorées, n’ayant pas ou peu de contacts avec l’extérieur ou les voisins et qu’une télévision comme compagnon.

Certes, cela peut être un choix personnel de vouloir être seul bien que ce ne soit pas souvent le cas ! Mais des risques apparaissent, la santé se détériore, les chutes arrivent

Pour éviter cette solitude, il faut encourager à participer à des activités régulières

Il est prouvé qu’une personne qui vieillit en continuant des activités diverses vieillit mieux qu’ une personne renfermée chez elle.

 

Maltraitance et bien-traitance des personnes âgées

Qu’entendre par maltraitance ?

Les personnes âgées sont vulnérables.

Avant dans le passé, c’était une chose cachée, presque un tabou, mais de plus en plus la maltraitance est un sujet qui préoccupe.

En institution, toute personne, surtout je dirais plus en étant en maison de retraite, a droit au respect de sa dignité, de son intégrité du respect de sa vie privée, de son intimité et de sa sécurité.

Des luttes contre la maltraitance sont apparues, des campagnes apparaissent, des études sont faites pour mieux cerner la maltraitance.

Dans les services de gérontologie, on en parle et il existe toute sorte de maltraitances, de la malnutrition, refus d’aide aux repas, refus de soins d’hygiène, contention diverses etc…
la liste est longue !!!!

Des informations au public sont mises en place, sujets de sensibilité dans le but de prévenir.

La bien-traitance, des formations pour le personnel soignant

Elle est mise en place afin de rétablir la dignité de chaque personne âgée, faire reculer la maltraitance.

Depuis cette année, pour nous personnel de soins, sont arrivées des formations de 2 jours sur la bien-traitance !
Personnellement je l’ai faite il y a 2 mois et je vous assure qu’elle est bénéfique pour se rendre compte, très instructive.

Les règles principales sont :

  • Le respect de l intimité, la courtoisie
  • Respect individuel
  • Entendre ce que la personne exprime : douleur, besoin etc
  • Ne pas porter de jugement
  • Favoriser les liens
  • Respecter l’autonomie
  • Ne pas faire à la place de…

Continuons sur cette voie !

 

Charte des droits et libertés de la personne âgée

(en situation de handicap ou de dépendance)

01. Choix de vie Toute personne âgée devenue handicapée ou dépendante est libre d’exercer ses choix dans la vie quotidienne et de déterminer son mode de vie.

02. Cadre de vie Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit pouvoir choisir un lieu de vie -domicile personnel ou collectif- adapté à ses attentes et à ses besoins.

03. Vie sociale et culturelle Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance conserve la liberté de communiquer, de se déplacer et de participer à la vie en société.

04. Présence et rôle des proches Le maintien des relations familiales, des réseaux amicaux et sociaux est indispensable à la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance.

05. Patrimoine et revenus Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit pouvoir garder la maîtrise de son patrimoine et de ses revenus disponibles.

06. Valorisation de l’activité Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit être encouragée à conserver des activités.

07. Liberté d’expression et liberté 
de conscience Toute personne doit pouvoir participer aux activités associatives ou politiques ainsi qu’aux activités religieuses et philosophiques de son choix.

08. Préservation de l’autonomie La prévention des handicaps et de la dépendance est une nécessité pour la personne qui vieillit.

09. Accès aux soins et à la compensation des handicaps Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit avoir accès aux conseils, aux compétences et aux soins qui lui sont utiles.

10. Qualification des intervenants Les soins et les aides de compensation des handicaps que requièrent les personnes malades chroniques doivent être dispensés par des intervenants formés, en nombre suffisant, à domicile comme en institution.

11. Respect de la fin de vie Soins, assistance et accompagnement doivent être procurés à la personne âgée en fin de vie et à sa famille.

12. La recherche : une priorité
et un devoir La recherche multidisciplinaire sur le vieillissement, les maladies handicapantes liées à l’âge et les handicaps est une priorité. C’est aussi un devoir.

13. Exercice des droits et protection juridique de la personne vulnérable. Toute personne en situation de vulnérabilité doit voir protégés ses biens et sa personne.

 

Que vois-tu toi qui me soignes, que vois tu ?

QUAND TU ME REGARDES,QUE PENSES TU ?

Une vieille femme grincheuse,un peu folle. Le regard perdu, qui n y est plus tout à fait.

Qui bave quand elle mange et ne répond jamais.

Qui, quand tu dis d une voix forte « essayez »

Semble ne prêter aucune attention a ce que tu fais et ne cesse de perdre ses chaussures et ses bas

Qui, docile ou non, te laisse faire à ta guise.

Le bain et les repas pour occuper la longue journée grise.

C’est ça que tu penses, c’est ça que tu vois ?

Alors ouvres les yeux ce n’est pas moi.

Je vais te dire qui je suis, assise là tranquille

Me déplaçant à ton ordre, mangeant quand tu veux :

Je suis la dernière de dix,avec un père et une mère,

Des frères et des sœurs qui s aiment entre eux.

Une jeune fille de 17 ans, des ailes aux pieds,

Rêvant que bientôt, elle rencontrera un fiancé,

Mariée déjà à 20 ans.Mon cœur bondit de joie

Au souvenir des vœux que j ai fait ce jour là.

J ai 25 ans maintenant et un enfant à moi

Qui a besoin de moi pour lui construire une maison

Une femme de trente ans, mon enfant grandit vite,

Nous sommes liés l’un à l’autre par des liens qui dureront.

Quarante ans, bientôt il ne sera plus là.

Mais mon homme est à mes cotés qui veille sur moi.

Cinquante ans, à nouveau jouent autour de moi les bébés

Me revoilà avec des enfants, moi et mon bien aimé.

Voici les jours noirs, mon mari meurt.

Je regarde vers le futur en frémissant de peur ,

Car mes enfants sont tous occupés à élever les leurs,

Et je pense aux années et à l’amour que j ai connu.

Je suis vieille maintenant, et la nature est cruelle

Qui s’amuse à faire passer la vieillesse pour folle,

Mon corps s’en va, la grâce et la force m’abandonne.

Et il y a maintenant une pierre là ou jadis j’eus un cœur.

Mais dans cette vieille carcasse, la jeune fille demeure

Dont le vieux cœur se gonfle sans relâche.

Je me souviens des joies, je me souviens des peines,

Et à nouveau, je sens ma vie et j aime.

Je repense aux années trop courtes, et trop vite passées,

Et accepte cette réalité implacable que rien ne peut durer

Alors ouvre les yeux, toi qui me soignes et regarde

Non la vieille femme grincheuse.Regarde mieux, tu me verras !!!!

 

Véritable poème écrit par une vieille dame irlandaise retrouvé après sa mort

Preservez les liens familiaux

Je trouve que c’est un point très important lors d’un transfert du domicile à la maison de retraite.
C’est comme un fil, un cordon ombilical un peu, qui facilite l’adaptation.

Le lien familial, quand il existe, favorise les relations, entre les soignants et la personne ainsi que les autres résidents.

Nous soignants, être attentifs à la première rencontre pour cerner :qui demande qui ? comment ?

Nous sommes amenés à connaitre les liens, les rapports sans aucun jugement, bien sûr, être à l’écoute des demandes.

Ceci pour préserver l’affection, l’amour des proches envers le résident.

Les proches sont bien évidemment invités à participer aux animations, aux anniversaires, proposer des sorties, des journées a domicile…

En conclusion à ce sujet :

PRESERVER LES LIENS est très important et bénéfique !!!

 

La douleur physique

Il faut savoir que la douleur physique est quelque chose qui est quasiment inéluctable chez la personne âgée ;
le corps vieillit.

Il faut faire preuve de compréhension, d’attention, et bien sûr d’observation sur la douleur de la personne.

Mon rôle d’aide soignante est de montrer que je suis là, qu’elle n’est pas seule . C’est très important.

De nos jours, les progrès médicaux ont avancé terriblement. La douleur est maintenant un sujet pris en charge. Il existe des soutiens psychologiques basés sur l’écoute, le partage d’informations, afin de diminuer un peu cette douleur, aussi bien pour la personne âgée que pour la famille et également pour les soignants.

Mais ce soulagement seul ne suffit pas…

Il est, je disais, de mon rôle d’être présente, de laisser s’exprimer cette douleur car souvent derrière les plaintes, se cache un problème humain, des angoisses et le besoin d’une présence.

Et quand la personne ne peut plus s’exprimer, la présence, un regard, la douceur sont tout aussi efficaces.

La douleur physique est un problème que l’on rencontre tous les jours en gériatrie, : « j’ai mal au dos, à la tête, au ventre »,  je l’écoute souvent.

Avec mon expérience je suis devenue plus sensible à cette douleur, à chaque résident dont j’ai la charge, je les interroge sur leur maux, je les écoute s’exprimer et j essaie avec l’équipe soignante de voir la solution pour un soulagement.

Il faut faire preuve de savoir faire comme de savoir être, en plus des soins journaliers et se demander :

POURQUOI EST ON SOIGNANT ?

L’angoisse de la nuit

La nuit le résident se retrouve seul, angoissé, surtout les premières nuits.

Il faut comprendre, l’environnement n’est plus le même, les bruits extérieurs n’est ce pas traumatisant ??

Les soignants sont présents pour que chacun trouvent l’apaisement et le sommeil.

Ils sont là pour caler les inquiétudes, répondre aux sonnettes… et veiller à apaiser les angoisses.

C’est vrai aussi que le travail de nuit a ses inconvénients mais en général il s agit de personnes volontaires à ce poste contraignant par les horaires.

 

Vieillir est- ce une maladie ?

Quelle drôle de question !!!

Bien sûr que non ! ce n’est pas une maladie

Vieillir fait partie de la vie, c’est un cap inévitable et même nécessaire pour une bonne évolution de chaque individu.

Il y a des gens qui vieillissent bien et d’autres moins bien. Certains continuent leurs activités pour s’épanouir et d’autres restent prostrés chez eux, écoutent la radio ou regarde la tv, ou encore critique leur voisin…

D’autres aussi sont victimes de la maladie avec tous les symptômes engendrées :
Perte de vitalité,des forces,perte de la mémoire Alzheimer etc…

Pour ces gens là, la vieillesse n’est pas rose, loin de là.
Mais tous nous vieillissons, c’est la réalité de la vie, que nous le voulions ou pas d ailleurs.

Les maisons de repos ou retraite permettent aux personnes âgées de vieillir dans la dignité, le respect, entouré de bons soins et de petites attentions individuelles.

Le secret pour bien vieillir ?

Pour moi, ce serait de continuer à avoir des activités, de faire ce que l’on aime, ne pas se laisser aller,( c’est constaté d ailleurs), être bon vivant !

Il est vrai que la vieillesse peut être difficile quand la santé s’envole, mais en général, on vieillit comme on vit, donc il faut vivre intensément, dans le respect des autres bien évidement, rabattre les préjugés que l’on peut avoir et ne plus voir la vieillesse comme une maladie, mais au contraire comme une vie remplie d’expériences, de connaissance et de vécu.

 

Culpabilité des familles

L’entrée en maison de retraite est un évènement difficile, autant pour la famille que pour la personne âgée elle-même.

Le maintien à domicile étant devenu impossible, la maladie apparaissant, il faut se rendre à l’évidence : la rupture avec la vie d’avant est faite !

Il faut annoncer le placement, et la famille ressent des sentiments contradictoires : la souffrance et le soulagement.

La souffrance, le sentiment d’échec, la culpabilité de confier son proche à des professionnels.

Le soulagement de ne plus faire face à la prise en charge qui est devenue trop lourde.

A ce moment là, pour les descendants, peuvent se raviver des conflits anciens, règlements de compte, désaccords, la part de responsabilité etc…tous ces sentiments mélangés peuvent s’exprimer par de l’agressivité vis-à-vis de la personne âgée comme envers les soignants, le système familial est déséquilibré, les repères sont effacés.

De plus l’institution représente le dernier lieu de vie, donc la famille a le sentiment d’abandonner son proche ; d’où une angoisse un traumatisme qui n’était pas prévu.

Certains se montrent agressifs (en lien avec les angoisses sur le devenir de leur parent).

Aussi il faut veiller à favoriser les relations existantes avec le résident qui a transmis des valeurs, des mode de pensées.. ;
Cela aidera aussi à favoriser l’intégration au sein de l’institution.

La famille peut servir de médiateur entre les soignants et les autres résidents, ce qui facilite le fait de se familiariser à ce nouveau lieu de vie.

Favorisez les liens !

Ainsi, nous devons réfléchir à la place à donner à la famille dans une institution gériatrique. Certes l’attention doit être portée en premier lieu vers la personne âgée mais les professionnels ne doivent pas perdre à l’esprit qu’autour d’elle gravite sa famille et qu’elle aussi peut être en souffrance par rapport à la situation qu’elle vit avec son proche. Ce paramètre doit par conséquent être pris en compte. Ainsi se crée une triangulation personne-âgée/famille/institution.

Le projet de vie

Qu’est ce qu’un projet de vie en maison de retraite ?

Il faut savoir que c’est un terme que l’on utilise dans notre jargon !
Personne ne parle de projet de vie mais plutôt d’objectifs ;

En fait c’est une projection de l’avenir du résident. Ce qu il va vivre dans l’établissement
Un peu surréaliste, non, pas du tout !

La vie ne s’arrête pas en entrant en saison de retraite !
La vie se poursuit vers d autres objectifs.

Quand une personne entre en institution, qu’elle ne peut plus se prendre en charge ceci est son projet de vie.
Chacun a un but, diffèrent (en fonction de sa pathologie) personnel (selon ses goûts).

C’est simplement une suite entre la vie PASSEE , la vie PRESENTE et la vie FUTURE

Et pour que tout se passe au mieux, nous, soignants en gériatrie devons :

  • Connaitre la personne et ses pathologies
  • Analyser sa situation
  • Connaitre sa famille ou ses proches
  • Parler de projets réels, concrets
  • La stimuler, la soutenir

Voila en résumé le projet de vie  est de vivre !