Qu’est ce qu’une personne âgée ? Définition

Le vieillissement est devenu un sujet de préoccupation de nos jours. Une personne dite « âgée » est une personne d’ un âge avancé. Généralement les personnes autour de 70, 80 ans sont considérées comme faisant partie de la catégorie sociale du »troisième âge » en général dès l’âge de la retraite. Le vieillissement est un processus qui progresse au fur et à mesure du temps. Aujourd’hui l’espérance de vie a augmenté et la santé s’améliore avec les progrès de la médecine.

Avec l’avancée de l’âge viennent les modifications physiques et physiologiques d’une personne. Le corps est un peu comme une machine mais qui s’use avec le temps. Ce qui entraine une fragilité, une vulnérabilité physique et physiologique.

Quelques conseils très simples pour améliorer la qualité de vie des personnes âgées seraient d’avoir une alimentation équilibrée, avoir une bonne hygiène de vie, éviter de fumer et de boire ou en tous cas modérément, pratiquer une activité sportive modérée sans risque de fracture (avec avis médical), se préserver du froid ou au contraire de la canicule …et ne pas s’isoler !

Les conséquences de la vieillesse

En vieillissant le corps se fragilise et des maladies apparaissent ; je citerais comme modifications physiques :

  • Le blanchiment des cheveux.
  • La calvitie chez les hommes.
  • La colonne vertébrale se voûte.
  • L’hypertension (pression du sang dans les artères).
  • La cataracte (le cristallin de l’œil s’épaissit d’où une cécité partielle).
  • La maladie d’Alzheimer, maladie dégénérative des cellules du cerveau, provoquant des troubles de la mémoire,de la pensée et du comportement.
  • L’ostéoporose, assez fréquente chez les femmes les os deviennent fragiles et se cassent d’où apparaissent des fractures du col du fémur.
  • La surdité, les problèmes d’audition qui deviennent handicapants

Mais de nos jours il existe de nombreuses solutions pour parer à ces problèmes.

En ayant conscience de tous ces soucis de la personne âgée (et d’autres encore que je n’ai pas cité), il faut être à l’écoute et être vigilant et surtout accompagner les personnes âgées.

Comment bien vieillir ?

La vieillesse , processus de la fin de vie, est généralement vécu comme un déclin par les personnes qui la vivent. Or c’est un « passage » normal pour chacun, fragile en début et en fin de vie.

Il faut savoir qu’il nous est possible d’agir sur les conditions de vie des personnes âgées. Pour bien vieillir il s’agit d’améliorer leur qualité de vie.

En effet il faut les accompagner, les aider à trouver des conditions de logement appropriées, avoir un suivi médical adapté.

Le maintien à domicile doit être équipé d’appareils adaptés, avoir des rampes qui permettent de se mouvoir sans danger en toute sécurité.

Les aspects de la vie sociale et intellectuelle sont extrêmement importants car dans ces domaines la personne âgée se sent diminuée et a tendance à s’isoler, donc il faut leur permettre de maintenir ou recouvrer un rythme de vie adapté qui garantisse l’entrainement des fonctions cognitives.

Voilà en quelques mots la définition d’une personne âgée et gardons une influence positive sur la fin de notre propre vie dans toute son intégralité !

La santé des personnes âgées

De nos jours le fait de devenir de plus en plus vieux, augmente les pathologies liées aux personnes âgées.

La maladie d’Alzheimer est devenue le plus grand des fléaux de nos jours. Les syndromes liées au grand âge en font les maladies principales.

Les principales pathologies liées au grand âge :

La maladie de Parkinson :

La plus fréquente, c’est une pathologie neuro-dégénérative. Suit la fameuse maladie d’Alzheimer. Chaque année 10 000 nouveaux cas sont annoncés. Cette maladie touche de plus en plus la santé des personnes âgées.

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Mieux connus sous le nom d’AVC ou d’attaques cérébrales c’est une maladie très préoccupante. Chaque année 150 000 personnes subissent cette attaque, dont le maximum de ces personnes ont plus de 65 ans.

Un quart des victimes meurent peu de temps après l’attaque et les trois quarts suivants qui s’en sortent sont handicapés par des séquelles de l’accident.

L’arthrose et aussi l’ostéoporose

L’arthrose est une maladie des articulations souvent douloureuse et l’ostéoporose est une maladie des os.

Elles sont parfois associées et l’on parle à ce moment là « d’ostéoarthrite »

Ces maladies sont réputées pour apporter des douleurs et des difficultés à se mouvoir et à se servir de ses membres.

Les syndromes gériatriques les plus fréquents

Les principaux syndromes sont :

  • Troubles de la marche
  • Chutes fréquentes
  • Fractures de col du fémur

Les personnes âgées ont souvent des difficultés pour marcher et sont victimes de chutes aux conséquences souvent fâcheuses dues à la fragilité physique des personnes âgées.

La fracture du col très fréquente peut entrainer une perte d’autonomie et avoir des répercussions sur la santé générale de la personne âgée.

On recense chaque année environ 48000 chutes de personnes âgées.

La dénutrition :

Elle est reconnue par l’ONU comme une maladie à part entière qu’il convient de soigner. Elle est relativement courante chez la personne âgée. Elle accompagne le risque de perte d’autonomie si elle ne le génère pas.

La déshydratation :

Fatale en période de canicule elle est très fréquente car les personnes âgées perdent la sensation de soif, alors que les besoins du corps en eau reste primordial.

Troubles de la continence :

L’ incontinence touche beaucoup d’hommes,plus que de femmes à un âge avancé (plus de 70 ans)

C’est une perte involontaire d’urines dues à de multiples raisons.

C’est un sujet encore tabou. Pourtant des solutions existent pour la prévenir ou tout au moins en limiter les inconvénients.

 

L’accompagnement de fin de vie en EPADH

Nous, soignants , infirmières, surtout aide soignants et agents de service en maison de retraite, sommes les plus présents lorsque la fin de vie approche. Nous sommes confrontés à ces moments difficiles, surtout que les personnes arrivant à ce stade nous les avons connu, accueillie et vécu avec elles sur un temps plus ou moins long.

Il faut admettre que nous ne sommes pas formés aux accompagnements de fin de vie.

Dans ces situations délicates il faut faire face. L’organisation du travail qui privilégie les soins et le relationnel n’inclut pas le moment de fin de vie. D’où un bouleversement important.

Nous devons faire appel quelquefois à une équipe de soins palliatifs qui est une équipe mobile qui a pour mission de soulager les douleurs et améliorer au mieux la qualité de fin de vie.

Le médical joue un grand rôle à ce moment là pour la douleur tout en respectant la dignité de la personne âgée.

Quand aucune amélioration n’est possible il faut éviter l’acharnement thérapeutique.

Nous et l’équipe devront accompagner la famille qui est dans cette phase de deuil. Le respect de la religion est aussi à prendre en compte.

La grande question est : quels soins palliatifs pour une personne d’un grand âge ? Jusqu’où soigne t’on?

Ces questions soulèvent de grands dilemmes. Il faut préserver ce qu’il peut rester de qualité de fin de vie. Quand les doutes sont là, le dialogue avec le médecin traitant avec la famille et l’équipe soignante permet de prendre les bonnes décisions.

En général en EPADH nous avons des objectifs qui sont de :

  • soulager la douleur,
  • laisser la personne dans son cadre de vie, éviter les transferts inutiles
  • assurer au mieux son confort
  • l’alimenter et l’hydrater , si bien sûr c’est possible et si aucun arrêt alimentation n’est prescrit
  • favoriser l’approche de la famille
  • essayer de maintenir la communication, verbale ou autre.

L’attitude la mieux adaptée est en fonction de chaque personne pour diminuer le désarroi.

En conclusion je dirais qu’il faut soigner et accompagner jusqu’au bout, rester humble et humain quand on ne peut plus guérir.

Si vous désirez avoir un complément informations cliquez sur le lien suivant pour télécharger gratuitement un PDF:Mission fin de vie et accompagnement 

 

L’hiver et le grand froid pour les personnes âgées

Nous voici en décembre, grande période froide. Les personnes âgées sont vulnérables physiquement et craignent le froid, comme le chaud d’ailleurs la canicule par exemple.

Le changement de saison est un cap difficile.

Comment faire face à l’hiver ?

Dés que le froid arrive, beaucoup de personnes âgées souffrent des mains, les extrémités des doigts deviennent sensibles au froid : l’onglée due à une mauvaise circulation sanguine, les engelures qui sont des inflammations qui peuvent se situer au talon, au genou, sur le nez….

Les affections respiratoires se multiplient et le froid fait diminuer les défenses immunitaires. Les rhumes sont plus fréquents d’ailleurs je donnerais un petit conseil : il vaut mieux utiliser des mouchoirs en papiers jetables de suite, que des mouchoirs en tissu qui sont de véritables nid à microbes !

A l’extérieur les personnes âgées devraient donc mettre des gants, se masser les mains pour éviter qu’elles se refroidissent.

Par contre attention, en cas d’engelure ou d’onglée (très douloureuses) il faut se réchauffer petit à petit pour réactiver le retour veineux sinon aie aie aie !!!

L’Arthrose aussi resurgit dés qu’un changement de temps arrive.

Le virus de la grippe (grand sujet de l’année 2010) est redoutable pour les personnes âgées qui ont du mal à récupérer suite à la maladie.

A savoir que le vaccin antigrippal est gratuit aux plus de 65 ans est c’est un excellent moyen de se protéger. Ne pas hésiter à se faire vacciner !

Bien se protéger du froid !

A leur domicile, si le logement est ancien, il faut veiller à aérer régulièrement afin d’éviter les risques intoxications liés à un chauffage défectueux.

A l’extérieur, la personne âgée doit s’habiller chaudement en fonction de la température extérieure (gants et bonnet si trop froid).

La lutte contre le froid demande une grande dépense d’énergie, donc l’alimentation a une importance, favorisez les sucres lents comme le pain, le riz, les légumes secs,etc..
Ne pas faire d’excès sur les graisses comme certains le prétendent !
Et bien sûr continuer à boire suffisamment.

Je rajouterais, qu’il faut pour la personne âgée qu’elle continue à marcher, bouger, se dégourdir afin d’éviter de s’ankyloser, rendre visite à des amies, recevoir des amies…

L’inactivité n’est ni bon pour le moral ni bon pour le physique !

Nous arrivons dans une période de fêtes, Noël et 1er de l’an,le moral est là, mais parfois dès le mois de janvier le moral baisse chez certaines personnes. Les jours ayant raccourcis cela génère des dépressions dues à ce changement de saison.

Comme conseil : planifiez des activités, innovez d’autres activités !

La nouvelle année doit être un moyen de se remotiver à d’autres choses nouvelles.

Profitez aussi du moindre rayon de soleil pour sortir même si l’envie n’est pas là !!!

Et vous , quels sont vos trucs ?

 

Communiqué de Philippe Meunier 29 octobre 2011

Allocation de Solidarité aux personnes âgées:

Modification des conditions d’attribution de l’ASPA :

Le « Collectif de la Droite Populaire » se réjouit de l’accord passé avec le Gouvernement qui permettra de diminuer très fortement (- 40 %) le nombre d’allocataires non ressortissants de l’Union Européenne pouvant bénéficier de l’allocation de Solidarité aux personnes âgées.

Dorénavant, pour toutes les demandes, il faudra justifier d’avoir résidé au moins dix ans sur le territoire national français.